samedi 1 décembre 2007

Jekyll et Hyde à la française



On a tous un film ou un monstre qui nous a fait terriblement peur dans notre jeunesse, qui nous a poussés à jeter un œil sous notre lit étant enfant. Ainsi, le visqueux blob m’avait fait bien peur autrefois. Quand j’ai demandé à mon père de me nommer une figure cinématographique qui l’avait marqué étant jeune, il m’a raconté avoir été impressionné dans son enfance par un sinistre individu vu à la télévision, un certain « monsieur Opale ». Vraisemblablement psychopathe de son état, le M. Opale en question avait, comme passe-temps favori, d’étrangler ou de battre les gens avec sa canne. Mais qui était ce M. Opale? Mon père se souvenait d’un individu sinistre avec une canne, en dehors du nom du personnage c’était les seuls indices dont je disposais. Dans quel film avait-il pu le voir? Mystère pendant plusieurs années.

Petit mystère maintenant résolu et ma foi, j’ai ainsi pu découvrir une curiosité du septième art. Au hasard d’une lecture, il y a quelques années, j’ai fini par découvrir la fiche d’un film de Jean Renoir avec le grand Jean-Louis Barrault, Le testament du Dr Cordelier (1959), dans lequel on retrouvait un criminel sadique du nom d’Opale. Mais plus encore, ce film est en fait une transposition de Dr Jekyll et M. Hyde dans la banlieue parisienne des années 1950. Il y a quelques jours, j’ai déniché le DVD de ce film à la boîte noire, DVD inclus dans un coffret contenant plusieurs films de Jean Renoir (Jean Renoir boxset). Comme je collectionne les versions de Jekyll et Hyde, j’étais très curieux de mettre la main sur une transposition française du récit de Stevenson.

Jean-Louis Barrault interprète dans ce film le Dr Cordelier, un psychiatre renommé, qui traite un patient mystérieux et violent du nom de M. Opale. Le mystère s’épaissit autour du rôle de ce patient dans les recherches du psychiatre jusqu’à ce qu’on découvre que les deux individus sont la même personne, le psychiatre ayant testé sur lui les drogues qu’il a mises au point pour libérer les mauvais instincts des malades. Tourné à l’origine pour la télévision, ce film assez bien étoffé possède évidemment certaines naïvetés caractéristiques des films français de l’époque (petit côté bavard, côté théâtral, certaines scènes de poursuite plus comiques que stressantes), mais le scénario est quand même très bien ficelé, le suspense ne manque pas — on peut penser parfois aux premiers films d’Hitchcock mêlés à ceux d’Henri-Georges Clouzot. Mais le plus intéressant, c’est l’étonnante performance de Jean-Louis Barrault, acteur de génie, qui donne au personnage d’Opale une dimension supplémentaire que seul son maquillage « à la Hyde » n’aurait pu apporter — notamment, des attitudes, des tics, des manies très caractéristiques, notamment les moulinets incessants qu’il fait avec sa canne. Canne si caractéristique du personnage qu’il n’est guère étonnant que mon père s’en soit toujours souvenu. Une petite curiosité à voir donc pour ceux qui s’intéressent aux adaptations de Jekyll et Hyde. Car si les Américains et les Anglais ont livré à plusieurs reprises leur adaptation du récit de Stevenson, Le Testament du Dr Cordelier est la seule adaptation française que je connaisse.

2 commentaires:

Patrick Soucy a dit…

Il y a un autre film français: Docteur Jeckyll et les femmes (France, 1981)

Lien: http://www.imdb.com/title/tt0082272/

Je ne l'ai jamais vu, par contre. Voir aussi ces deux listes:

Jeckyll: http://www.imdb.com/character/ch0010254/

Films basés sur les ouvrages de Stevenson: http://www.imdb.com/name/nm0829044/

Philippe-Aubert Côté a dit…

Celui avec Udo Kier? Ah, je croyais qu'il était allemand... Eh bien cela fait deux adaptations françaises maintenant, hé hé...

Je ne l'ai jamais vu non plus, il paraît que c'est très osé, Hyde se tapant tout ce qui bouge dans les environs :-) Je vais essayer de le trouver. Merci pour la liste, je vais pouvoir compléter ma collection!