mardi 29 janvier 2008

Et maintenant, parlons de sexe...


Par cette phrase vous pouvez facilement obtenir l’attention de votre classe. En effet, le sexe capte l’attention. Il fascine, ne laisse personne indifférent. On le retrouve dans tous les médias : films, revues, livres… Pour justifier l’omniprésence du sexe dans les shows d’humoristes, Marcel Coluche aurait dit que «tout le monde a un cul ». Le sexe est probablement l’une des dimensions de l’être humain la plus réglementée qui soit — aujourd’hui il est vrai que les choses se sont relâchées mais un survol historique et géographique montre que le sexe, chez l’humain, s’entoure de rituels parfois compliqués, comme chez les animaux. Contrôler le sexe, c’est contrôler la reproduction et la descendance; peut-être faut-il voir là la raison pour laquelle la société et la religion intervenait dans le mariage, pourquoi les parents sélectionnaient avec qui leurs enfants concevraient une descendance. Aujourd’hui bien sûr la science, la contraception, la pilule, les changements sociaux ont permis de dissocier le sexe de la reproduction — ce qui a jadis constitué une véritable révolution.

Quoiqu’il en soit, le sexe a toujours eut une relation particulière avec l’art : on le retrouve sur les peintures rupestres, sur les fresques égyptiennes, romaines, dans les écrits médiévaux, les dessins chinois et japonais… Tantôt à la base des mythes religieux, tantôt associée à l’émancipation de ces mêmes religions. C’est cette histoire qu’on retrace pour nous dans Histoire de l’érotisme, De l’Olympe au Cybersexe, dans la collection Découvertes Gallimard. Chacun des livres de cette collection est un petit bijou en soi, tant par l’iconographie que le texte, et je n’ai pas pu résister à me procurer celui-là. On y apprend des choses surprenantes, par exemple qu’il existait des photos pornographiques à l’époque de la guerre de sécession (des photos en zinc!) et que les rois se faisaient fabriquer des « sièges d’amour », (sorte de siège avec des étriers semblable à la table d’un gynécologiste) pour mieux forniquer. De tout pour faire un monde…

Distrayant. Et à garder hors de la portée des enfants, bien sûr…

De Biasi, Pierre-Marc. 2007. Histoire de l’érotisme; De l’Olympe au cybersexe. Découvertes Gallimard.

Aucun commentaire: