mardi 5 février 2008

Colloque Boréal 2008

En plus de quelques présentations académiques, notamment à l'ACFAS, me voilà impliqué en tant que co-organisateur du colloque La science-fiction citoyenne : enjeux et devenir, qui se tiendra en ouverture du congrès Boréal le vendredi 9 mai 2008 à l'Université Concordia. Colloque académique, ouvert à des présentations issues de disciplines variées, qui auront pour but de réfléchir aux différentes relations entre la science, la société et la science-fiction. Je colle ci-dessous l'appel à communications pour les quelques internautes qui, égarés sur ce blogue, seraient intéressés à proposer une communication.


APPEL A COMMUNICATIONS

La science-fiction citoyenne : enjeux et devenir

Université Concordia, Montréal, 9 mai 2008

Depuis les années 1960, des voix s'élèvent pour réclamer une science "citoyenne", responsable et solidaire, qui reconnaîtrait l'unité du monde et respecterait sa diversité, qui se préoccuperait des urgences actuelles, qui assignerait des responsabilités aux scientifiques et qui prônerait la modestie dans l'action. Les citoyens se réapproprieraient la science et les techniques pour qu'elles fassent plus de bien, sinon leur bien.

Dans la mesure où la science-fiction est un lien privilégié entre les sciences et le public, celle-ci a-t-elle également une vocation à se faire citoyenne? Serait-elle même un instrument idéalement constitué pour s'interroger sur la portée et les limites de la science moderne? Si le citoyen est celui qui participe à la vie de la cité, voir et décrire la cité telle qu'on la voudrait (ou non) est une démarche éminemment citoyenne, depuis longtemps pratiquée par les auteurs d'anticipations séduisantes ou effrayantes. Décrire la cité telle qu'elle est réellement, pénétrer ses feintes et ses oripeaux, révéler ses horreurs, au propre comme au figuré, ce sont aussi des possibilités familières de la science-fiction, voire du fantastique ou de la fantasy. Dans notre société d'information et de nouvelles technologies, la discussion et la diffusion des connaissances sont également des exercices de la citoyenneté, accessibles non seulement aux médias traditionnels mais aussi aux blogueurs, podcasteurs et autres citoyens « branchés ».

Pour tenter de répondre à ces questions, mais aussi pour faire écho aux remarques de Geoff Ryman qui, au congrès Boréal 2007, avait discuté des relations tendues entre la science et la science-fiction de masse, nous attendons des communications qui s’intéresseront à la dimension citoyenne de la science-fiction. Cette dimension recoupe des thèmes aussi variés que le souci du présent et du futur proche, l'engagement social, les effets de la réalité contemporaine (politique ou non) sur l'écriture de la science-fiction et, inversement, les effets de la science-fiction sur des évolutions scientifiques, philosophiques, éthiques ou sociales. Les projets pourront naturellement se proposer de recenser les images, métaphores et histoires que les genres de l'imaginaire peuvent inventer pour traduire, décrire, raconter, voire occulter, les réalités présentes et à venir. Le colloque est interdisciplinaire et ouvert aux contributions littéraires, philosophiques, historiques, scientifiques, etc.

En rapport avec ce thème, nous privilégierons deux axes secondaires de circonstance : l'utilisation de la science-fiction pour la vulgarisation, la communication ou l'analyse des sciences , ainsi que l'histoire et le devenir de la science-fiction ou du fantastique issus de la ville de Québec.

* * *

Les congrès Boréal existent au Canada depuis 1979 et ils accueillent à la fois les amateurs, les créateurs et les spécialistes des genres de l'imaginaire tels que la science-fiction, le fantastique, la fantasy, l'utopie ou l'horreur surnaturelle. En 2008, il aura lieu du 9 au 11 mai à l'Université Concordia (Pavillon Henry F. Hall). Le colloque sera tenu dans la journée du 9 mai. Pour tous les détails, voir: http://congresboreal.ca

Les projets devront compter de 300 à 400 mots. Les présentations dureront 20 minutes et 10 minutes supplémentaires seront réservées pour les questions. La date de tombée pour les envois de projets est le 11 avril 2008. Les résumés doivent être envoyés à l'un des deux organisateurs :

Philippe-Aubert CÔTÉ (Université de Montréal) — philippe-aubert.cote@umontreal.ca
Jean-Louis TRUDEL (Université d'Ottawa) — jtrudel@uottawa.ca

Veuillez inclure toutes vos coordonnées (nom, adresse à domicile, courriel, téléphone, affiliation le cas échéant) avec votre texte.

Aucun commentaire: