lundi 14 avril 2008

Chassez l'éthique et elle revient au galop...


Je regrette qu'on ne diffuse pas en direct le parcours de la flamme olympique. Porter le flambeau, c'est tout un sport extrême maintenant qu'il faut éviter les assaillants aux extincteurs et autres manifestants! Je trouverais ça plus palpitant que le hockey :-)

Mais blague à part, je relis en ce moment un petit livre d'introduction à l'éthique écrit par Daniel Weinstock et certains paragraphes me font songer aux aventures de la flamme olympique. On y explique que l'éthique en effet est trop souvent laissée à d'autres : pour décider de ce qui éthique ou pas on refuse souvent de faire la réflexion soi-même, on ne sent pas concerné et on va demander à un éthicien de service ce qu'il convient de faire. Au contraire, par définition l'éthique se veut une réflexion personnelle, propre à chacun, sur la manière de décider si un acte donné est acceptable ou non. Cette réflexion, chacun devrait l'accomplir seul et de façon proactive.

Et suite à la lecture de ces paragraphes, je me souviens de l'attitude du CIO quand, au lendemain de l'attribution des Jeux olympiques à Pékin, on lui reprochait son choix « non éthique ». Le président du CIO avait déclaré quelque chose du genre « ces détails ne regardent pas le CIO, le CIO ne fait pas de politique ou d'éthique ». Déclaration qui semblait bien nier le côté idéaliste des jeux olympiques, mais bon, nous ne sommes pas dans un monde idéal. Quoi qu'il en soit, le CIO laissait l'éthique aux spécialistes.

Et là de voir le CIO rattrapé par cette éthique qu'il mettait de côté. De voir ses jeux contestés de toute part, de voir sa conduite questionnée. Espérons qu'à l'avenir le CIO mette moins l'éthique de côté pour éviter que celle-ci ne revienne le hanter au galop.

Au fond, il y a quelque chose d'encourageant dans l'agitation que suscitent les prochains Jeux olympiques...

Aucun commentaire: