samedi 19 juillet 2008

Hellboy 2 : Ouah!!! Super!!!

Eh bien, il fallait que j'écrive que mon examen-synthèse m'éloignerait à coup sûr du blogue pour que je ponde un troisième billet en quelques jours! Mais c'est justement le besoin de me changer les idées qui m'a fait aller au cinéma cet après-midi. Et de toute façon, je ne pouvais pas manquer la suite de Hellboy! Je suis un fan invétéré du diable rouge écorné et bourru -- et surtout d'Abe Sapiens, son acolyte aux airs de poisson -- tant en film qu'en bandes dessinées. J'aime bien le style particulier de Mignola, le côté carré, presque "cubiste" de ses personnages qui n'en demeurent pas moins très vivants. Et bon, on sait, j'adore quans les monstres ou les personnages bizarres et déjantés sont les héros.



Dans l'ensemble, j'ai adoré. Le fan que je suis a été comblé. Contrairement à l'épisode précédent, Guillermo del Toro s'est laissé aller et n'hésite pas à nous plonger dans des univers dont l'étrangeté (je pense au Marché des Trolls surtout) n'a d'égale que la réflexion esthétique qui se cache derrière. On y introduit de nouveaux personnages rencontrés dans la bande dessinée -- surtout le Dr Johan Krausse, médium allemand réduit à l'état de brume et qui doit investir une sorte de scaphandrier pour interagir les gens, plus hystérique que dans les livres mais bien amusant.
Certains pourraient être déroutés par la manière dont l'histoire est structurée: dans ce second opus on copie vraiment le style des bandes dessinées, soit de l'action entrecoupée de séquences qui n'ont surtout pour but que de mieux caractériser les personnages, nous faire cohabiter avec eux. C'est l'un des plaisirs qu'on recherche quand on lit des bandes dessinées et je l'ai retrouvé ici, mais les gens qui l'ignorent ou ne sont pas fans de BD pourraient trouver certaines séquences longues ou inutiles. Séquences que j'ai trouvées parmi les plus jouissives du film (je pense entre autres à la scène où Hellboy et Abe sapiens se tapent une de ces "brosses", comme on dit en bon québécois). Il y a bien sûr quelques petits trucs qui accrochent ou qui sont "passés vite" (par exemple quand la Presse communique sans cesse l'existence de créatures comme Hellboy ou autres, on cache les remous que cela ferait au niveau mondial). Mais on peut passer outre, le spectacle est distrayant, les personnages touchants... Et c'est ce qu'on veut!

Surtout pour les fans de monstres et de bandes dessinées. Prochaine séance-ciné : The Dark Knight.

Aucun commentaire: