jeudi 11 septembre 2008

L'insigne de Monseigneur...

Peut-être avez-vous vu l'Archevêque Jean-Claude Turcotte remettre son insigne de l'Ordre du Canada pour protester contre l'honneur fait au Dr Henri Morgentaler? C'était ce matin, lors d'une conférence des évêques catholiques donnée à Sainte Anne de Beaupré. On trouvera ici son communiqué officiel.


Eh bien, qu'il la remette!


Certes, je ne dis pas que l'encadrement actuel de l'avortement me plaît tout à fait, déplorant que cet encadrement résulte d'une décision de la Cour suprême axée sur le droit plutôt que sur un débat qui incluerait les caractéristiques biologiques et tangibles des embryons. On comprendra que l'athée radical et le sceptique envers les arguments ontologiques que je suis soit en désaccord avec l'Archevêque. Les arguments de l'Église sur la personne potentielle et tout ne sont que des fictions qu'on ne pourrait imposer à toute une société moralement plurielle et à la réalité empirique que sont les embryons. De plus, je ne supporte guère qu'on néglige toutes les conséquences négatives sur des individus réels qu'a eu l'interdiction de l'avortement (drame familiaux, tentatives d'auto-avortement achevées dans le sang et la mort, etc.). Interdire l'avortement revient souvent, comme le remarquait Michel Onfray, à accorder la préséance à la fiction de l'humain potentiel sur les humains réels. Entre les fictions que privilégient l'Archevêque et les humains réels qu'a privilégiés le Dr Morgentaler, désolé, mais je préfère les gens réels et le Dr Morgentaler.



(Comme je prends le parti des gens réels que sont les victimes de ce prêtre pédophile qui, plutôt que de purger une peine en prison, purge sa peine en communauté avec une bourse d'étude pour étudier le Droit canonique à Ottawa... Eh oui, il y a deux justices, celle de l'Église et celle de l'État... Sans commentaire.)

Aucun commentaire: