mercredi 29 octobre 2008

L’Halloween de Monsieur Trompe-Mort…


Non, ce n'est pas le titre d'un roman jeunesse que je complote -- d'ailleurs la littérature jeunesse n'est pas et n'a jamais été ma tasse de thé. Monsieur Trompe-Mort, c'est l’alter ego que je me suis inventé pour le party d’Halloween qui a eu lieu samedi dernier, le 25 octobre, chez Jonathan Reynolds (des 6Brumes) et sa charmante conjointe, Julie, dans leur appartement du quartier Saint-Roch à Québec. C’était la première fois que je participais à une rencontre de Québec-SF et je m’y suis follement amusé. Discussions avec des gens que je connaissais depuis un bout (Jonathan Reynolds, Pascale Raud, Lily Faure, Valérie Bédard, Joël Champetier…) mais aussi l’occasion de faire la connaissance de nouvelles têtes (Alain Jetté, Jean Asselin, etc.). Franchement, c’est un beau groupe très dynamique et intéressant, avec qui on ne s’ennuie pas une seconde. Nombre des costumes élaborés étaient intrigants et bien pensés. Certains étaient même d’une rare subtilité, quelques aînés du groupe s’étant déguisés en « Invaders », ne différant de leur apparence normale que par un auriculaire raide… (Sourire ironique) :-)

Cela faisait un sacré bail que je ne m’étais pas costumé pour l’Halloween — j’adore cette fête, elle est pour moi l’une des choses qui rend l’automne moins triste, en attendant de tomber dans le temps de Noël, mais j’ai passé l’âge du porte à porte, hé hé ;-). Je m’étais improvisé un personnage de squelette binoclare à casquette, une sorte de spectre dandy, intimidant. J’avais déniché un masque plutôt bien fait et pas trop étouffant dans une boutique spécialisée de Montréal, et je n’ai eu qu’à prendre les vêtements que je mets pour enseigner. Le résultat n'était pas inintéressant, je crois que le costume a eu son petit effet effrayant… En tout cas, le chauffeur de taxi qui nous a conduit moi et Pascale Raud pour l’aller semblait plutôt inquiet. Je ne crois pas qu’il ait apprécié que je lui souhaite une « longue vie » en débarquant de son véhicule, hé hé…

Alors que je faisais un essai du costume de M. Trompe-Mort chez moi (en priant pour que personne ne viennt cogner à ma porte), je me suis mis, par jeu, à imaginer qui pouvait être ce personnage, quel était son histoire, pourquoi un squelette s’habillerait de la sorte... Et voilà qu’une histoire de SF a commencé à germer dans ma tête. Un truc qui pourrait se situer dans un univers steampunk -- futuriste déjanté à la limite… Sans trop en dire, M. Trompe-Mort peut, en échange d'un peu de votre vie, accomplir certaines choses extraordinaires, mais parfois à vos dépens -- la trame classique du pacte avec Méphistophélès mais laissons cela mijoter dans mes carnets. Je crois pouvoir arriver à une variation intéressante...

(Note à moi-même : j’y connais rien en steampunk en dehors des mangas, trouver quelques références. Crétin, pourquoi TOUJOURS avoir des idées pour des sous-genres SFF que tu connais moins???)

Je poste ici quelques photos de M. Trompe-Mort en train de préparer quelques mauvais coups au party, avec la permission de l’auteure des photos, Sophie G. Laurendeau. J’aimerais bien mettre les photos des autres costumés, qui valent le détour (une ange de la mort japonaise, un zombi "accidenté de la route", un joker, un borg, etc.), mais ne me risquerai pas à le faire sans leur permission…
p

Ici Julie, la conjointe de Jonathan, insouciante devant la menace que dissimule ce sourire perpétuel...

Ici le squelette-dandy en train de pactiser avec Médusa la gorgone, qui a momentanément perdu sa chevelure serpentine... mais a récupéré beaucoup de poils aux avants-bras!

(Sous la gorgone se trouve en fait Alain Jetté, auteur de la série "Antoine Noblecourt", avec qui je me suis bien amusé -- ici nous discutions de l'Égypte, je crois. J'avais ouvert mon veston mais en début de soirée je le maintenais fermé avec l'écharpe glissée de manière telle que mon cou était caché. De ma personne on ne voyait que les yeux...)

3 commentaires:

Jean-Louis Trudel a dit…

Superbe costume!

N'a rien lu en steampunk? Crénom! Il faut commencer par Tim Powers. Puis jeter un coup d'œil à The Difference Engine, qui n'est pas le meilleur de Gibson ou de Sterling, mais mérite quand même le détour...

Philippe-Aubert Côté a dit…

Merci pour les références, Jean-Louis. Je prends note et je cherche. Du steampunk je connais la notion et surtout quelques mangas qui en relèvent mais je n'ai jamais lu beaucoup de romans ou de nouvelles sur le sujet -- j'ai acheté chez chapters l'autre jour un petit recueil de nouvelles, par la faute de Mario Tessier ;-) mais je l'ai pas encore lu. C'est pas inintéressant comme type d'univers et comme j'aime bien l'époque victorienne...

Lily a dit…

Salut Philippe-Aubert
Excellente soirée effectivement et je vois que tu as apprécié :)
Tout le monde s'est bien amusé, c'était chaleureux.
On va rendre les montréalais jaloux ;)