vendredi 6 février 2009

La scientologie dans 2000 ans?

L'ineffable cardinal de Québec, Marc Ouellet, se demande si l'Église de scientologie est une secte ou une religion, soulignant par le fait même la facilité du Québec à donner le statut de religion à n'importe quel organisme. Sur Cyberpresse, on dit:

"Par contre, le cardinal Ouellet ne place pas la scientologie sur un pied d'égalité avec l'islam ou la religion catholique. «La scientologie, c'est autre chose. Pour moi, cette communauté n'est pas une Église», indique-t-il.
Il estime également qu'il man­que au Québec une certaine réflexion en ce qui concerne les critères de reconnaissance des religions. «L'État n'a pas de critères pour reconnaître les religions, ça fait partie de nos déficiences», poursuit-il.
«Et pourtant, pendant qu'on enlève des libertés à l'Église catholique, on ouvre en même temps toutes sortes de soupirails!» ajoute-t-il, invitant les gouvernements à s'informer davantage sur l'Église de scientologie.
"

Certes, je partage une même appréhension envers la scientologie, aussi fondée que le principe derrière le jour de la Marmotte. Mais une petite voix espiègle sous ma casquette, au fond de mon crâne, demande : le Christianisme et l'Islam, qu'est-ce qui en fait vraiment autre chose qu'une secte?

Après tout, ce ne sont que des mouvements démarrés par des gourous il y a très longtemps, auxquels les adepts doivent contribuer généreusement, et qui ont seulement eu la chance de proliférer à travers les hasards de l'évolution des sociétés, acquérant une étendue et une complexité extraordinaire. Mais elles partent quand même de sectes. Et on ne peut pas dire que leur parcours soit un exemple de sainteté...

(Et franchement, entre L. Ron Hubbard et cie et un pape qui, à la face de la planète, prononce des propos obscurantistes et homophobes que les médias relaient avec empressement... Hum...)

Brrr... Et si la scientologie proliférait autant dans 2000 ans?

2 commentaires:

Pascal a dit…

Ma définition personnelle a toujours été: une religion, c'est une secte qui a réussi.

Philippe-Aubert Côté a dit…

C'est très bien dit :-)

Et quand on y pense, les historiens plus ou moins contemporains de Jésus comme Flavius Josèphe ne parlent jamais des premiers chrétiens... ils devaient n'être qu'un groupe marginal parmi tant d'autres. Une secte qui a réussi, oui.