lundi 16 mars 2009

De la brutalité manifestante...

Difficile de passer à côté de la manifestation contre la violence policière qui a eu lieu hier au centre-ville de Montréal : les médias en parlent encore ce matin et, hier après-midi, peu importe la chaîne sélectionnée, on était là-dessus — c'est surprenant que Télétoon n'en ait pas montré une version animée avec les Simpson, tiens...

Le hasard a voulu que je passe par le métro Mont-Royal hier vers 12 h 30. Il n’y avait pas d’attroupement encore, mais déjà j’ai pu noter la présence de quelques freaks qui criaient des insanités à tout vent — en proie au soliloque éthylique ou à quelques substances illicites? Qui sait. Mais en repartant par le métro, je me suis dit que ouais, ça faisait des manifestants très sérieux… (IRONIE!!!)

Je comprends qu’on veuille parler du sujet de la brutalité policière, il y a sûrement des abus à dénoncer, que ce soit ici ou dans d’autres pays… Mais il y a des choses que j’aimerais qu’on m’explique. Pourquoi cette manifestation ici? Vit-on, au Québec, dans un état policier où les gens sont vraiment opprimés? Est-on harcelé constamment, doit-on endurer des descentes et des contrôles d’identité à tous les cinq minutes? Certes, les dérives ponctuelles ne sont pas impossibles dans notre pays, mais sont-elles généralisées au point qu’on doit faire une manifestation chaotique comme en 1968? À la télévision, on a vu quelques organisateurs de la manifestation (parce qu’elle était organisée, si si…) mais leur message a été vite noyé par le grabuge. Résultat : je suis bien incapable de dire le message derrière cette manifestation, incapable de dire s’il s’agit d’une cause qui en vaille la peine ou qui n’est que le dada de quelques personnes particulièrement touchées par ce thème. J’ai surtout vu une manifestation noyautée par les porteurs flambeaux de toutes sortes de causes sans rapport et parfois perdues, comme des pseudophilosophes communistes qui se croient novateurs mais sont encore coincés dans les années 1950…

L’organisme qui a organisé cette manifestation devrait sérieusement repenser son affaire. L’un de ses organisateurs a défendu l’entreprise, malgré la casse possible, en faisant valoir que c’était une cause importante… La cause justifiait la casse. Mais un tel désordre et des commerçants honnêtes vandalisés par quelques freaks vont-ils gagner des adeptes à leur cause? N'avoir aucune organisation préétabli qui garantirait la sécurité du citoyen et le rendrait peut-être sensible va-t-il les aider ? Des gens qui allaient conduire leurs affaires tranquille se sont retrouvés dans la mêlée subitement et on eu des craintes sérieuses pour leur sécurité. Franchement, en terme d’efficacité, on a vu mieux, et la casse ici n'a servi à rien. Et bon, les manifestations sur ceci ou cela, il y en a tellement que je me demande si M. et Mme Public deviennent insensibles à toutes les causes, y compris les plus pertinentes.

Pour ceux que ça intéresse, l’avis de Richard Martineau est amusant à lire :

http://www.canoe.com/infos/chroniques/richardmartineau/archives/2009/03/20090316-064400.html

Martin Luther King en dirait quoi, lui? Ah, mais il avait un rêve à proposer. Les manifestants d'hier, qu'avaient-ils à proposer? Je n'ai pas trop compris.

Aucun commentaire: