jeudi 30 avril 2009

Jeune, je craquais pour le méchant!




Woody Allen a raconté, je ne sais plus trop dans quel livre, que depuis sa plus tendre enfance il craquait par ceux qu’il ne fallait pas. Ainsi, en voyant Blanche-Neige et les sept nains, il avait été fasciné plus par la méchante reine que par les autres personnages.
.
Eh bien, je réalise que sur ce point je ressemble à Woody.
.
Voilà pourquoi. En fin de semaine passée, je suis tombé sur les DVD « d’Astro le petit robot » en VF, tel que Radio-Canada les présentait alors que je devais avoir autour de cinq ans. Je n’ai jamais oublié ce petit robot sympathique et si, dans ma mémoire, ne subsistaient qu’une série d’images désordonnées, je me souvenais à quel point j’avais écouté cette série jadis. Mais comme je n’avais jamais vu le premier épisode, où l’on assiste à la création d’Astro, j’ai loué le premier DVD… et depuis c’est une drogue, j’enchaîne les épisodes!
.
C’est vraiment trop amusant : même si je ne pouvais résumer l’intrigue que de quelques épisodes, j’ai constaté que j’avais encore les images du générique, la musique, les voix des personnages et des fragments d’intrigues éparpillés aux quatre coins de mon cerveau, mais prêts à se réassembler en souvenirs nets. Et de constater que voir cette série avec des yeux d’adultes se révèle tout aussi intéressant. Certes, en tant que série d’animation destinée à la jeunesse, Astro regorge de naïvetés scénaristiques. Mais il y a toutes ces références culturelles, de Pinocchio à Frankenstein, que je n’avais jamais vu. Tout ce questionnement éthique sur le statut des robots qui m’avait échappé, évidemment, à l’époque — et qui n’est pas sans faire écho à un certain article commun entre Mario Tessier et moi. Le côté psychologique aussi, Astro étant créé par le Dr Baltus (Tenma dans la version originale) pour remplacer un fils perdu dans un accident de voiture… Ainsi que l’emploi de musique plus classique dans certaines scènes. Je me souvenais de la musique qui revenait souvent dans la série, mais à certains endroits, j’ai reconnu des extraits de compositeurs plus classiques, sans toutefois mettre de nom sur les pièces. Ainsi, lorsque le Dr Baltus anime Astro malgré les interdictions dont il fait l’objet, la musique de fond est typiquement wagnérienne… haussant à un degré supérieur le côté dramatique de la scène, la détresse du savant qui veut achever sa création parce qu’il ne supporte le deuil de son enfant.
.
Mais je constate aussi que si j’aimais bien Astro — que je trouve plus sympa que dans mes souvenirs — je crois que j’étais encore plus fasciné par Atlas, sa némésis et son ennemi juré (voir ci-dessous) — d’où ma pensée pour Woody Allen. Ouais, Atlas à l’époque m’intriguait et me fascinait énormément — j’en avais gardé le souvenir d’un méchant ambigu, avec un charisme et une assurance hors de l'ordinaire, qui avait désespérément besoin de l’amour de sa compagne. Et j’avoue que physiquement, le Atlas, il avait de la classe ! Avec son épée de foudre, son cheval qui lui permettait de voyager dans le cosmos et son château de cristal. Mon plaisir à revoir cette série redouble à chacune de ses apparitions !
.
(Non, grand-papa Freud, retournez dans votre chambre!!!)
.
J’ai bien hâte d’avoir parcouru l’ensemble pour reconstituer le fil conducteur de la série qui m’a toujours échappé, ayant vu les épisodes dans le désordre autrefois et pas dans la totalité.
.

5 commentaires:

La tête dans les étoiles... a dit…

Hé, t'as vu, Astro ressort en film (animation 3D) ?

http://movies.yahoo.com:80/movie/1808461950/trailer

Bon, ce sera un condensé je sais bien, mais tu me donnes envie de revoir la série... que j'ai vu dans le désordre et dont mes souvenirs sont plus que vagues.

Philippe-Aubert Côté a dit…

Yep, en octobre-novembre prochain si ma mémoire ne me trompe pas :-) j'étais pas sûr d'y aller mais me replonger dans la série m'a convaincu.

Si tu veux revoir la série, je te dirais d'acheter la série en Version anglaise, pas celle réédité en Français et qu'on avait jeune. J'ai acheté la version anglaise et j'ai constaté que la version d'Astro qu'on a eu ici était coupée, remontée, et que l'intrigue était modifiée -- voire trahie complètement. C'est un choc: j'ai l'impression de découvrir une nouvelle série (presque pour adulte parfois) et ça me plaît beaucoup. Je crois que je vais pondre une petite mise à jour sur ce sujet...

La tête dans les étoiles... a dit…

Ouais, il me semble que c'était courant de passer les dessins animés dans le désordre le plus total ici. *soupir* Suivre l'intrigue globale relevait de l'impossible. Merci du conseil... mais ça doit faire drôle de le voir en anglais avec des voix différentes.

Lily a dit…

J'en ai des souvenirs vagues.. si vous avez eu la VF France il faut savoir que les mangas étaient souvent coupés avant d'arriver dans les émissions pour jeunes. J'ai revu San Ku Kai en VF il y a quelques années et ouch, je me demande comment j'ai pu regarder ca !!!
Le doublage est à hurler :S

charles et sebs a dit…

S'est rien à-côté de ken le survivant. La censure fut telle qu'on passait d'un épisode de 24 minutes a un épisode de 16. Les doubleurs eurent le droit aussi de dire n'importe quoi et sa donnait ça

http://www.youtube.com/watch?v=JWDsDVJjHZc