mardi 19 mai 2009

CINÉ!!!

J’ai profité du dernier long week-end pour me taper un peu de ciné. Ça fait du bien!

Je suis donc allé voir Anges et démons et Star Trek.

.


.
Avec Anges et démons, j’ai passé un bon moment. J’avais lu le roman l’automne dernier et celui-ci m’avait laissé une impression très mitigée. Mon impression était que Dan Brown avait testé des recettes qu’il avait améliorées pour Da Vinci Code. Si son roman était un excellent tourne-page, il m’avait semblé aussi très éparpillé, remplis de scènes dont l’invraisemblance ferait faire une crise cardiaque à Indiana Jones (je pense au saut sans parachute de la fin) ou qui faisaient trop inutilement « tragédie grecque » (le camerlingue qui, en tuant le pape, tuait son vrai père… rrrrâââhh).

Pour le film, je crois que réalisateur et scénaristes avaient pointé les mêmes défauts, parce qu’ils en ont épuré l’adaptation cinématographique. La manière dont Robert Langdon et la scientifique italienne dont j’oublie le nom sont mêlés à l’enquête est plus plausible que dans le roman. Le début m’a semblé aussi bien supérieur : pas de scène meurtre (plutôt vraiment ratée dans le livre), mais une expérience avec l’antimatière qui fait très « SF » ou très « film d’espionnage ». Les liens entre les personnages, et parfois même leurs rôles, ont été ajustés et simplifiés pour se différencier de Da Vinci Code. Et la scène de l’explosion nucléaire est bien foutue. Je n’ai pas boudé mon plaisir et bien apprécié, bref. (Oh, et quand la fille arrache l’une des pages du livre de Galilée… l’air me manque encore!).


Pour Star Trek… Je ne suis pas fan de Star Trek du tout, même si j’ai vu les films — beaucoup moins ceux de la Next Generation. Je ne suis pas le type qui connaît tous les détails de la série et qui a pu relever 36 000 erreurs dans la bande-annonce. Mais j’avoue avoir tripé énormément là aussi! Mon impression, c’est que les auteurs voulaient faire un Star Trek qui réinventait un peu l’esthétisme de la série, mais sans vouloir se casser la tête avec les légions de fans chasseurs d’erreurs… Aussi l’intrigue est-elle conçue pour articuler cette histoire aux autres films tout en justifiant les écarts qui en avaient fait sourciller certains lors du visionnement des bandes-annonces. Pour ce faire, on sort toute la panoplie des bouleversements temporels et autres paradoxes gériatriques, mais le tout m'a semblé bien employé. L’histoire a bien fonctionné pour moi, et voir Léonard Nimoy en vieux Spock était purement jouissif. Et mention à Zachary Quinto! Faire un Spock jeune, c’était tout un défi, lourd à porter, qu’il remplit avec brio, à mon humble avis. Et Eric Bana est vraiment repoussant…

Du bon divertissement qui atteint bien son but sans pour autant insulter votre intelligence :-)

(Quoique, j'avoue avoir eu un peu de misère avec la fille verte dans Star Trek :-s... ;-) )

(Et bien sûr, la foreuse lancée du vaisseau spatial en orbite et qui reste droite à travers l'espace... hum...)

4 commentaires:

Lily a dit…

Pour le Star Trek, la fille verte c'est une référence directe au pilote original de la série classique.. donc pour fans ;)
On ne revoit jamais ce peuple par la suite, même s'il est parfois évoqué dans la fiction roman. Film efficace, dans l'univers, mais l'état d'esprit est plus hollywoodien que trek, c'est certain. Un bon divertissement, mais à mon sens, plus vraiment dans l'esprit universaliste et pacifiste de la série d'origine ;)

La tête dans les étoiles... a dit…

La fille verte a agacé tout le monde je crois. ha ! ha !
Moi aussi j'ai bien aimé, en effet très hollywoodien, mais bon avec le truc de la réalité parallèle, ils s'en sortent bien. Et Quinto en Spock, je n'étais pas convaincu, mais il s'en tire très bien. Bref, un bon moment au cinoche.

Philippe-Aubert Côté a dit…

Ah la fille varte! (pas verte, varte!) C'est vrai que c'est drôle sur le coup, mais ensuite je me suis dit "pffff" :-) C'est vrai que c'est pas pacifiste Lily, mais j'ai trouvé ça plutôt cool: un petit côté subversif, politically incorrect... ça m'a plu (vilain garçon!)

Et Caro, tu t'en doutes, que je me suis dit: hybridation avec une extraterrestre, clefs dans la mauvaise serrure... Nnnaaaannn!!! ;-)

(Inside joke de l'atelier...)

La tête dans les étoiles... a dit…

Ouais mais dans l'univers Star trek, les E.T. sont pas très loin des humains... juste pas de la même couleur. ha ! ha !