jeudi 4 juin 2009

Moi, juge et bourreau...


Maintenant que le site de Solaris vient de publier officiellement son communiqué sur le gagnant du prix Solaris 2009 (Luc Dagenais, pour une nouvelle de SF intitulée "La vie des douze Jésus"), je peux maintenant le confesser: dans les dernières semaines, j'ai revêtu la cagoule d'ignoble juge et bourreau avec Élisabeth Vonarburg et Claude Janelle pour accorder le prix de cette année. 43 textes à examiner, à classer, à écrémer pour ne retenir que des finalistes desquels, après un appel conférence, on a pu extraire un gagnant.


C'est la première fois que j'étais juge (et bourreau...) pour un concours littéraire et ma foi, cela a été une expérience intéressante. Cela doit se rapprocher un peu de ce que vivent les éditeurs qui reçoivent des tonnes de manuscrits par an et qui doivent les lire sans savoir s'ils vont tomber sur une perle, un truc intéressant mais qui demande retravail, ou un navet... Et là, en plus, sur le coup on ignorait qui avait écrit quoi. Beaucoup de textes laissaient présager, cette année, qu'il y a au Québec beaucoup de personnes avec du potentiel. Suffit juste de travailler...

Félicitations au gagnant ainsi qu'aux deux finalistes, Philippe Roy et Frédéric Vacher. Et bravo à tout ceux qui ont fait l'effort de participer... Mais, ne me posez aucune question sur les textes reçus cette année: en dehors de ces quelques commentaires génériques, je ne dirai rien. :-)
Bon, en fin de semaine, atelier d'écriture. Faut se préparer...

4 commentaires:

S@hée a dit…

Bon atelier Philippe-A!

Luc Dagenais a dit…

"Mais, ne me posez aucune question sur les textes reçus cette année: en dehors de ces quelques commentaires génériques, je ne dirai rien. :-)"

Même si on le demande gentiment? Je suis curieux... >:-)

Alexandre Babeanu a dit…

Bravo, c'est du travail ça... Le choix a-t-il été difficile, ou alors s'est-iol imposé naturellement?

Philippe-Aubert Côté a dit…

Hé hé... Même demandé gentiment je demeure incorruptible :-)

Pour le choix, je dirais pas difficile dans le sens où on a pas lésiné des heures pour trouver gagnant et finalistes mais ça ne s'est pas fait sans une discussion entre les juges -- ce qui est la moindre des choses pour juger un cours.