lundi 20 juillet 2009

Comment le voyage sur la lune a marqué ma vie...



Je ne pouvais, bien entendu, laisser passer cette journée du 20 juillet 2009 sans dire un petit mot sur le quarantième anniversaire du premier homme sur la lune. Ou plutôt, comment l'idée de voyager sur la lune a pu me marquer.

Paraîtrait-il qu'un de mes arrières-grands-pères, dans les années 1930, avait déjà déclaré haut et fort qu'envoyer des hommes sur la lune était impossible -- pourquoi discutait-il de ces choses toutefois, je l'ignore, mais ma grand-mère m'a toujours raconté cette anecdote.

Quand j'étais petit, j'avais découvert les aventures de Tintin sur la lune. C'était d'abord sous la forme du dessin animé (très mal fait) de Ray Goossens à la maternelle. Ce chef d'oeuvre cinématographique (!) eut un effet pervers sur moi: je ne fabriquais que des fusées dans les périodes de jeu et la jardinière s'était plainte de cette étrange passion contre-nature à mes parents (non, mais on engageait n'importe qui dans les écoles à cette époque!).

Ah, et aussi, dans un examen de mathématiques en troisième année, on devait associer les formes géométriques (sphère, cônes, etc.) à des objets. J'avais associé les cônes aux tuyères d'une fusée -- et l'institutrice de me mettre une pénalité en me disant que non seulement mon association était erronnée, mais que le mot que je voulais écrire ne s'épellait pas "tuyère" mais "cuillère". Et ma mère d'écrire à l'institutrice pour lui expliquer ce qu'était une tuyère de fusée...

Quel cauchemar ai-je été pour toutes ces dames!

Plus tard j'ai bien entendu découvert le dyptique originel d'Hergé. Qui a toujours occupé une place importante dans le chapitre de mon cours d'histoire des sciences consacré aux liens entre science et fiction. Après tout, Hergé avait tout fait pour être à la fine pointe de la connaissance scientifique de son temps et cela devait être souligné: même un auteur de BD peut comprendre la science aussi bien qu'un scientifique, celle-ci est à la portée de tous (enfin, quand on veut l'apprendre, bien sûr...)

Bien aimé Jules Verne aussi avec son obus tiré vers la lune (plein de détails scientifiques véridiques), mais mon champion reste quand même le grand H.G. Wells -- plus fantaisiste dans son roman "Les premiers hommes dans la lune", mais tellement trippant...

Et maintenant, je serais un auteur de science-fiction, selon une déclaration faite sur un groupe de discussion par un membre éminent du milieu de l'édition SFFQ. Je n'invente pas, quelqu'un qui n'est pas moi et dont vous avez peut-être lu les bouquins a dit cela à mon sujet ;-) (Inside, les amis).

Je sais pas trop ce que l'arrière-grand-père dirait de tout cela... mais peu importe! L'homme a marché sur la lune, peu importe qu'on y croyait ou non, alors oui, je pourrais être auteur de science-fiction un jour. Et je le serais déjà selon... ah, mais je ne dirai pas son nom, histoire de préserver les réputations ;-)

En passant, je vous conseille fortement l'article de Mario Tessier, publié dans le Solaris 171, consacré à ce que sont devenus les hommes qui ont marché sur la lune. On aborde rarement ce sujet et Mario, une fois de plus, s'est surpassé (mais peut-on s'attendre à autre chose de lui?).

Maintenant, la question demeure: après la lune, quelle sera la prochaine étape?

1 commentaire:

Lily a dit…

Wow, une vocation de longue date alors ? Étonnant de voir comment en deux générations, l'espace et plus particulièrement la lune, a évolué du fantasme à la réalité...
moi j'ai porté longtemps la copie de la plaque de la sonde voyager qui était dans pif Gadget en 1979... le message de bonne volonté aux autres espèces qu'elle rencontrerait peut être un jour ;)