samedi 31 octobre 2009

J'adore l'Halloween...


Je sors de mon antre (et non pas de mon cercueil; je tolère les vampires, à la limite, mais les zombies, quant à eux, fichez le camp!) et de mon silence radio de trois semaines pour souhaiter la joyeuse Halloween à tout le monde :-)


C'est un fait, j'adore l'Halloween, j'ai toujours aimé cette fête même si j'ai passé l'âge des bonbons depuis longtemps -- quoique j'adore toujours les déguisements. Les gens de QuébecSF se rappellent encore de mon acoutrement de l'année passée et au party d'Halloween du département de bioéthique de l'UdeM de cette année, j'ai gagné une bouteille de vin pour le plus joli déguisement. C'était la première fois de ma vie que je me déguisais en loup-garou (si, si!) même si cela a toujours été mon monstre préféré...


Pourquoi cet amour pour l'Halloween? L'Halloween, pour moi, c'est un moment amusant dans la grisaille d'automne entre la fin de l'été et le début de l'hiver. C'est aussi un hommage à nos racines païennes, un souvenir des commémorations du solstice, entre autres, auxquels se livraient nos lointains ancêtres celtiques ou gaulois, à l'époque des druides, avant que le christianisme en fasse la fête de tous les saints (All Hallow Even, soit "la fête de tous les saints"). Ce matin, à la télévision, Jeanette Bertrand a associé cette fête à une origine typiquement américaine. Sans vouloir retirer quoi que ce soit à cette grande dame, il faut replacer les choses : l'Halloween est plus qu'une fête américaine. C'est un héritage anglo-saxon et gaulois (on a un héritage anglo-saxon tout autant que francophone au Québec, qu'on le veuille ou non) qui vient de la préhistoire. C'est beaucoup plus qu'une mode américaine!


Outre s'éclater au milieu de l'automne, c'est aussi une occasion de déjouer notre vieille ennemie la peur, avec toutes ces histoires effrayantes, ces monstres et autres démons qui n'ont d'emprise, en bout de ligne, que dans notre imagination.


Et qui seront toujours moins pires que ce monstre qui les dépasse tous: l'humain...

3 commentaires:

Gen a dit…

Y a-t-il un écrivain de SFF qui ne trippe pas sur l'Halloween? ;p

Mais j'ajouterais un détail à ton post : l'Halloween étant une fête celte, elle nous vient autant de nos racines anglo-saxonnes que de nos racines françaises. Il ne faut pas oublier que les Français étaient de culture celte avant la colonisation romaine. De plus, la Nouvelle-France a été peuplée par beaucoup de paysans provenant de la Bretagne ou du Nord de la France, deux régions où les traditions celtiques ont perduré longtemps.

Philippe-Aubert Côté a dit…

Et c'est pour ça que j'ai écrit "Celte ou Gaulois" ;-)

Pour ce qui est des écrivains SFF qui trippent sur l'Halloween, c'est une bonne question! Je connais plein de gens qui trippent pas Halloween mais dans les écrivains... En tout cas, personnellement, ce sont les zombies qui font tripper tout le monde et qui ne me font vraiment pas tripper :-)

richard tremblay a dit…

Je ne trippe pas Halloween du tout (sauf en ce qui concerne mon fiston), mais suis-je un écrivain de SFF ?