mardi 13 avril 2010

Salon du livre de Québec et trivialités diverses...

Un colloque sur les nanotechnologies m’a amené à Québec en fin de semaine dernière, aussi en ai-je profité pour aller me promener au salon du livre qui se tenait dans notre bonne vieille capitale nationale. Je n’y ai point vu Clotaire Rapaille mais j’ai pu rencontrer une fois de plus un tas de gens intéressants, tant du milieu SFFQ que de la bande-dessinée. Une fois de plus le salon se tenait conjointement avec le festival de la BD de Québec, événements parallèle qui motive depuis trois ans mon déplacement. (Ouais, bon, il y a les copains aussi, évidemment :-) )

J’en ai donc profité pour me faire dédicacer le dernier tome de la série "Millénaire" par François-Miville Deschênes, et surtout le deuxième tome de la série "Jeunauteur", de Pascal Girard et Stéphane Dompierre. J’avais adoré le premier tome mais encore plus ce deuxième, qui met à mal les relations entre les auteurs et le web 2.0. Ces relations, d’ailleurs, faisaient récemment l’objet de discussions entre moi et quelques amis (pendant le salon certes mais avant aussi). Nous évoquions un panel, à la dernière, portant sur cette question : le web 2.0 (blogues, facebook et sites de socialisation) peut-il aider les écrivains ou leur nuire en gaspillant leur temps? C’est une question intéressante. Beaucoup d’auteurs ont leur site web, ou leur blogue, mais la toile regorge aussi d’un nombre incalculable de gens qui parlent de leur écriture ou de leurs difficultés à écrire mais dont, en bout de ligne, on ne voit guère les textes. Un individu qui parle de son écriture sur les forums de discussion ou les blogues sans jamais vraiment arriver à produire de textes via des supports sérieux est-il vraiment un auteur, un écrivain? Peut-il revendiquer l’étiquette — comme certains le font en se créant eux-mêmes leur page wikipédia? Y-a-t-il là un phénomène semblable à celui, souvent décrié, de l’auto-édition? Beaucoup de gens sur le web, dans tous l’éventail des genres littéraires, revendiquent l’étiquette d’écrivain — comment faire le ménage dans tout ça?

En tout cas, le second tome de Jeunauteur touche du doigt, il me semble, un ensemble de questions importantes pour ceux qui tentent l’écriture. Écrire dans ces temps de web 2.0 exige-t-il une présence sur le web, alors que ce qu'on veut faire c'est produire des histoires, justement?
(Je suis vilain, j’ai des opinions sur ces sujets mais je ne suis pas d’humeur à les détailler, parce que j’ai un tas d’autres choses à faire… :-p Oui je suis cruel, mais poser les questions -- mon métier, dis-je souvent -- n’implique pas que je suis d’humeur à esquisser des réponses. Et nan, je ne vous révèle pas les basses besognes qui m’attendent…)

(Hé! Qui a dit « fétichiste » dans le fond de la salle?)

Somme toute, peu de dépenses pour ce salon, passé plus à discuter qu’à visiter. Je suis quand même reparti avec un roman Steampunk et le dernier roman de Benoît Bouthillette — de la SF, je dois donc enquêter avec la délicatesse habituelle de mes mains griffues -- mais parce que ce roman s'amuse à faire intervenir des personnes réelles que je connais bien. Pour les BD, je n’ai pas acheté sur place mais j’ai pris des notes pour encourager mon fournisseur habituel… :-)

Prochain rendez-vous littéraire d'intérêt: Congrès Boréal à Québec!

9 commentaires:

Gen a dit…

Faut qu'on se jase du web 2.0 à Boréal ;)

Philippe-Aubert Côté a dit…

Je serais plus intéressé par une discussion sur les individus masqués et le fétichisme... euh... qu'ai-je dit? Râââh! Mon commentaire est déjà enregistré, je ne peux l'effacer... Noooooon!!!

:-)

Gen a dit…

Lol! Fais pas des commentaires douteux comme ça : mon chum voudra plus me laisser partir! hihihi ;p

Luc Dagenais a dit…

Individus masqués, fétichisme et Web 2.0 vont très bien ensemble... Enfin, c'est ce qu'on dit, parce que moi, je heum... ;o)

Philippe-Aubert Côté a dit…

Sur un autre sujet, t'es dans le bouquin de Ben Bouthillette je crois, Luc?

Luc Dagenais a dit…

Oui! C'est une belle surprise que Benoît m'a fait... Je n'ai été mis au courant qu'une fois le roman sur le point d"être publié. LOL!

Ça fait bizarre de se retrouver personnage de roman, mais c'est pas mal cool. Remarque c'est peut-être parce que j'ai un beau rôle dans celui-ci; on m'a cependant laissé entendre que ce ne serait pas le cas dans la suite... 8-S

Gen a dit…

@Luc : Lol! Je viens de lire le résumé. En effet, te voilà personnage de roman ;)

(C'est tout un compliment : ça veut dire que t'as une personnalité assez originale pour survivre à la critique d'un directeur littéraire... ce qui n'est pas le cas de tout le monde! lol!)

Luc Dagenais a dit…

Le plus drôle c'est que lorsque j'ai été présenté pour la première fois à Michel Vézina, il dit "Luc Dagenais... Ça me dit quelque chose ce nom là..." Et Benoit de s'exclamer "Ben oui Michel, c'est un de mes personnages!"

On se serait cru dans une pièce de Pirandello!

Gen a dit…

Mrd! ;)