mercredi 11 janvier 2012

Curiosité : Pinocchio sur... Mars?

Je disais l’autre jour à Jonathan Reynolds que j’avais un faible pour les histoires excentriques — j’entendais par là les histoires qui partent d’une prémisse à première vue incongrue, mais qui développent celle-ci de manière (relativement) logique. Par exemple : « Et si Jack l’Éventreur avait pu emprunter la machine à explorer le temps inventée par H.G. Wells? » (C’était demain, Time after time, 1979). « Et si une jeune sorcière débarquait dans un village pour y créer sa propre entreprise de livraison? » (Kiki la sorcière, de Miyazaki). « Et si on imagine une cité steampunk où toutes sortes d’individus excentriques magasinent leur religion? (Franklyn). Etc.

Et si Pinocchio se payait un voyage sur Mars?

Je me suis souvenu récemment de ce dessin animé de Ray Goossens (1965), concepteur des vieux (et assez pénibles à revoir) dessins animés de Tintin (j’ai revu L’Affaire Tournesol dans le temps des fêtes, je me suis presque griffé les avant-bras en serrant les dents). Dans Pinocchio in outer space, Goossens revampait le conte de Collodi, popularisé par Disney, avec une sauce SF qui en fera sourciller plus d’un… mais quand j’avais vu ça enfant, j’avais tout simplement tripé.

Dans cette version, Pinocchio, toujours désireux de devenir un vrai enfant, mais peinant à adopter les bonnes conduites imposées par les adultes, entend parler d’Astro, une étrange baleine observée par les télescopes terriens… ladite baleine — un véritable monstre! — se déplaçant dans l’espace! Alors qu’il se rend à l’école, le célèbre pantin rencontre Nurtle, une tortue humanoïde venue d’une autre planète pour enquêter sur la présence d’étranges traces de radioactivité que sa race a observées sur la planète Mars — le pauvre Nurtle, un peu empoté avec son vaisseau, s’est momentanément retrouvé sur Terre! Qu’à cela ne tienne : Pinocchio et Nurtle s’envolent vers Mars, le second ne croyant en rien le récit du premier sur une hypothétique baleine cosmique.


Mais sur Mars, les deux compères découvrent une étrange cité en ruine, remplie de machineries atomiques encore en activité. Et dans cette cité, toutes sortes d’animaux étranges, géants : des crabes, des scorpions, des dinosaures, des araignées… et des baleines. Astro, la baleine cosmique, serait-elle une création accidentelle des martiens? Une création qui aurait anéanti ceux-ci?

Bien entendu, la cité explose, les deux compères s’échappent et se retrouvent engloutis par Astro la monstrueuse baleine cosmique. Mais ils s’échappent, entraînant malencontreusement le monstre vers la terre…


Mais tout finit bien, évidemment, parce que c’est un vieux dessin animé pour enfant qu’on passait jadis dans le temps des fêtes :-)

Pourquoi je me souviens bien de ce dessin animé? Deux raisons. Premièrement, c’est la première fois que j’ai entendu parler « d’énergie atomique ». Et la destruction de la cité martienne, balayée par l’explosion de son réacteur, est bien le premier champignon atomique que j’ai vu. Le film a été fait en 1965, donc en pleine période de psychose nucléaire — dire que j’allais plus tard abondamment m’intéresser à l’histoire de la bombe atomique.

Ensuite, eh bien je crois que depuis ce film, j’aime bien les histoires où des gens visitent une épave ou une cité abandonnée, voyant plein de machines ou d’objets qui sont mystérieux pour eux, mais évident pour le lecteur/spectateur :-)

Évidemment, c’est plein de naïvetés, mais c’est aussi plein de petites idées charmantes. Et franchement, je suis encore amusé du fait qu’on puisse refaire un conte classique du genre à la sauce SF, et que ça marche :-) (Et bon, j'adorais le personnage de Nurtle :-))


Ci-dessous, la séquence qui m’avait intéressé à l’époque, celle où les deux compères visitent la cité martienne abandonnée avec ses mo-monstres et la grosse explosion finale. C'est quand même pas si mal foutu que ça, malgré l'âge et le style enfantin.

2 commentaires:

Démie Lune a dit…

OMG!! La baleine dans l'espace! O_O Ça me rappelle quelque chose!!! J'ai dû le voir un moment donné dans mon enfance!!

Philippe-Aubert Côté a dit…

De mémoire, ça passait dans le temps des fêtes au milieu des années 1980, sans doute vers 1985-1987.

C'est sûr qu'une baleine cosmique, ça marque :-) On peut bien écrire de la SFF à notre âge...