samedi 14 avril 2012

Bonne fête Titanic!

Enfin, oui, si une catastrophe de cette ampleur peut se mériter un "bonne fête"...

Mais bon, le Titanic, c'est pour moi un sujet de fascination depuis l'enfance. Je me souviens quand on l'a découvert (j'avais quatre ans à l'époque) et que, dans mon bain, je "jouais au Titanic" avec mes bateaux en plastique (des bateaux incoulables même si on les emplissait d'eau! Ça c'était de l'insubmerssibilité :-)). Par la suite, j'ai dévoré tous les livres de Robert J. Ballard, l'océanographe qui a découvert l'épave. J'ai dessiné des centaines de navires dans ma vie, et plusieurs fois j'ai coulé le Titanic! (D'ailleurs, avertissement : j'ai presque naufragé un pédaleau, alors si vous avez la mauvaise idée de vous embarquer sur une croisière avec moi... ;-)) Et quand j'étais en secondaire cinq, lorsque le film de Cameron est sorti, j'ai fait mon travail final en français sur ce sujet. (Travail tapé sur une bonne vieille dactylo! Avec des images imprimées chez ma voisine qui venait de s'abonner à cette nouveauté qu'était l'Internet...)

Et bien sûr, comme j'en ai déjà parlé ailleurs sur mon blogue, je suis allé voir l'exposition où l'on pouvait admirer les objets retirés de l'épave -- j'y suis même allé une seconde fois à Québec avec deux amies qui se reconnaîtront :-)

Je n'ai jamais été attiré par les autos ou les avions, mais les navires oui, et j'ai toujours été fasciné par les paquebots. ÇA c'est de la mécanique, messieurs!!! :-)

C'est donc avec une pensée pour les 1500 disparus du vénérable navire que je vais sûrement fêter avec les potes du Salon du Livre de Québec, ce soir.

Bonne fête vieux paquebot!

Au fait, pour les amateurs de science-fiction, il y a un roman d'Arthur C. Clarke, Le fantôme venu des profondeurs, qui parlait d'une opération visant à renflouer le Titanic pour l'occasion du centenaire. L'intérêt du roman venait du fait qu'il intégrait les données récentes sur le naufrage, notamment le fait que l'épave soit brisée en deux. Tout l'inverse de ce qu'on pouvait lire dans le roman de Clive Cussler, duquel on avait tiré le film La guerre des abîmes. Quand j'avais lu le roman de Clarke, l'année 2012 me semblait bien lointaine! Et en plus, c'était un 2012 assez futuriste bien loin de notre réalité contemporaine, si je me souviens bien.

4 commentaires:

Gen a dit…

Tant qu'à moi, on devrait faire de la "fête" du naufrage du Titanic une occasion de se rappeler que malgré toutes nos avancées technologiques, faudrait pas oublier les mesures de sécurité et de sauvegarde. Parce qu'on sait jamais quand on va frapper un os! (ou un iceberg!)

Cela dit, moi aussi j'ai toujours été fascinée par les gigantesques bateaux. De vrais univers flottants. Ce que l'humanité a connu de plus proche du voyage interstellaire à date.

Comment ne pas tripper? lol! ;)

Philippe-Aubert Côté a dit…

D'ailleurs, j'ai lu un essai un jour où l'on affirmait que pour conquérir davantage le cosmos, il fallait que l'humanité se remettre dans le même état d'esprit qu'à l'époque des grandes colonisations -- 16ème-17ème-18ème, soit l'époque de la marine à voile. En ce moment, on est loin de cet état d'esprit :-) On est plus dans le genre "comment consommer plus?" :-p Ou "comment organiser ma fin de semaine pour acheter une robe rouge" ;-)

Gen a dit…

Lololol! ;)

Difficile en effet de pousser l'humanité en avant quand on peut pas lui promettre que la connection 3G fonctionnera à l'arrivée.

Mais si nos élites continuent de détruire la planète, bientôt il y aura des déshérités prêts à tenter l'expérience de la colonisation spaciale.

Philippe-Aubert Côté a dit…

Sais-tu que je n'ai jamais pensé à ce dernier détail? Une planète invivable serait une bonne motivation à aller voir ailleurs?

Bon sang, ça me paraît d'une évidence si évidente tout d'un coup! :-) Je me suis toujours demandé comment l'humanité pourrait retrouver cette curiosité et cette motivation de l'époque de la marine à voile et tu viens de me souffler la réponse! :-)

Et je suis prêt à parier que quelque part quelqu'un va me sortir un bouquin de SF qui dit la même chose autrement... Aaaarrgghhh! C'est le temps que le trimestre finisse... :-)