mardi 8 mai 2012

Boréal dans la brume

Enfin, pas au sens propre! Quoiqu’un congrès Boréal dans le vieux Québec embrumé aurait été une expérience « hors du temps » des plus intéressantes et très en accord avec les thématiques habituellement au programme :-) En fait, le congrès de cette année *m’a paru* embrumé tout le long, à cause de mes neurones mal arrimés : dépôt de thèse une semaine à peine auparavant, exténuation totale, problèmes de santé et soubresauts personnels, alouette! J’étais présent de corps (sur le pilote automatique), mais quant à l’esprit… (Au fait, si vous voyez celui-ci dites-lui que je le cherche et qu’il me doit sa part du loyer.) Certains s’en sont inquiétés, mais je les rassure : je ne suis (certainement) pas devenu un zombie :-p

À vrai dire, la veille, avant de m’embarquer dans l’autobus pour Québec, je me demandais encore si j’allais faire le voyage, mais bon, j’avais trop besoin de voir les amis de la SFFQ en vrai, alors je me suis fouetté (tout seul, comme un grand). Et je n’ai pas regretté, même si j’étais dans le cirage, que je n’ai pas assisté à beaucoup de panels et que je n’ai fait qu’entrevoir la plupart des gens (parce que dans ce genre d’activité on se croise et on se recroise sans jamais s’arrêter sauf pour le dîner).

Je dois dire que dans l’ensemble, j’ai bien apprécié ce congrès — mieux je dirais que celui qui a eu lieu à Québec il y a deux ans. À l’époque, j’avais trouvé ennuyants les lieux où l’activité s’était déroulée (le Cégep de Sainte-Foy, avec peu d’attractions autour, peu de diversité côté bouffe et pas de bon café à proximité… pas de café? Aaarrgghh!!!). Cette année, le choix du Centre Morrin m’a paru plus judicieux : situé dans un bel environnement (le vieux Québec), avec plein de restaurants et de ressources à côté (dépanneurs, cafés, etc.). Comme d’habitude on peut trouver des défauts (pas d’espaces pour socialiser, pas de ressources alimentaires sur place et une salle de vente dans un autre bâtiment à part), mais j’ai trouvé le bilan plus positif et l’endroit magnifique, avec ses vieilles boiseries et son côté historique — une ancienne prison reconvertie qui a accueilli (enfin, si « accueillir » est le bon mot) des détenus célèbres comme mon quasi homonyme, Philippe Aubert de Gaspé, ou Napoléon Aubin, pionniers dans le domaine de la SFFQ. La visite des anciens cachots a été d’ailleurs des plus intéressantes — je vais garder en mémoire l’odeur et l’ambiance pour mes histoires futures, on ne sait jamais.

Côté panels, j’ai assisté à plus d’activités que dans les dernières années — celle sur la fantasy hors-norme, les jeunes maisons d’édition, le renouvellement des genres par la relève et, bien entendu, la délicieuse séance de bandes-annonces, toujours aussi amusante et traumatisante :-) Je risque bien d’aller voir Prometheus de Ridley Scott, mais aussi (malheureusement, je le confesse…) Spider-man (je suis d’accord, je ne vois pas l’utilité de faire déjà un remake, mais bon, j’adore Spider-man… :-)) J’ai cependant un gros regret pour le festival des bandes-annonces : j’ai failli m’écrier « J’en veux un » à la fin du preview de Ted — le film avec un ours en peluche libidineux —, mais je me suis retenu. Dommage : je me serais sûrement mérité l’un des DVD pourris que Christian Sauvé distribuait allègrement à ceux qui faisaient des commentaires :-) Quant aux autres bandes-annonces, je n’en garde aucun souvenir!

Côté gaffes : pas grand-chose! Si! Aucune dépense improvisée, rien que du prémédité! Je n’ai acheté que les livres des auteurs présents — pour John Crowley L’abîme et pour Jean-Philippe Jaworsky Janua Vera. John Crowley a semblé bien amusé du livre que je lui ai fait dédicacer : un vieil exemplaire de L’animal découronné que j’avais trouvé en faisant une recherche sur les chimères. Et bien sûr, je me suis procuré les deux derniers livres d’Ariane Gélinas, toujours aussi agréable — je parle d’Ariane, pour les livres, il faut voir ;-) Elle et moi avons parlé de mascarade et de costume d’Halloween ;-) Ah, je me suis aussi procuré le dernier Brins d'Éternité...

(Quoi? Vous trouvez qu'à défaut de faire BEAUCOUP de dépenses improvisées, j'ai fait BEAUCOUP de dépenses prémédités? Plaît-il?)

J’avais pris une note dans mon agenda pour ne pas oublier le « concours de mémoire » lancé par Jonathan Reynolds il y a plusieurs semaines — concours consistant à se rappeler, lors du congrès, d’une phrase code à dire à l’instigateur pour se mériter l’un de ses bouquins. J’ai donc hérité d’un exemplaire du Zone Frousse Mes parents, des monstres? Le pire, c’est que le jour dit je n’ai même pas regardé mon agenda : c’est en voyant le livre dans la salle de vente que je m’en suis rappelé, avec pour conséquence que j’ai brusquement abandonné mon interlocuteur du moment pour aller agripper Jonathan à l’autre bout du bâtiment :-) (Pas d’inquiétude : je suis retourné illico près de mon interlocuteur médusé après…)

Quant à la mascarade, ah, j’ai un peu regretté de ne pas avoir participé! Pour être franc, j’avais le goût de ressusciter l’un de mes vieux costume d’Halloween ou d’en concrétiser un autre que je n’ai jamais osé montrer en public (Ariane sait de quel costume je parle ;-)) mais c’était trop encombrant dans l’autobus et avec la chaleur, cela aurait été une très mauvaise idée! J’espère que la mascarade reviendra l’année prochaine : maintenant que le concept est lancé et que les boréaliens sont familiers, cela pourrait devenir une coutume vraiment amusante :-p J’ai particulièrement adoré l’accoutrement de Sylvie Bérard. Et que dire de ceux de Geneviève Blouin et Isabelle Lauzon! Oubliez toutes les femmes-vampires que vous avez vues jusqu’à maintenant, elles ne font pas le poids à côté de ces deux dames! :-)

Enfin, dernière activité mémorable : le concours d’écriture sur place. Pour tenter de me concentrer (et comme Élisabeth Vonarburg n’était pas là, mouhahaha!!!) je me suis essayé à nouveau au concours, lequel consistait, cette année, à improviser une courte histoire à partir d’une image mystérieuse. Un défi intéressant — et pas évident à relever! J’en ai discuté avec d’autres participants après et on a tous trouvé que ce qui semblait facile de prime abord s’était finalement révélé plus ardu. À ma grande surprise, j’ai remporté le prix pour la catégorie des auteurs chevronnés — déjà que j’étais embrumé, j’ai été totalement abasourdi (et le mot est faible) d’être considéré comme un auteur « chevronné ». Ce n’est pas pour rien que j’avais l’air plus empoté que d’habitude à la remise du prix :-)

Je tiens d’ailleurs à féliciter chaleureusement la lauréate de l’écriture sur place pour les auteurs « montants », Geneviève Fournier-Goulet, ainsi que Geneviève Blouin pour sa mention. Idem pour tous les autres lauréats des prix Aurora/Boréal, Boréal, Solaris et Jacques Brossard qui ont été décernés.

Bon, maintenant je décrète une pause de blogue pour deux semaines et je reviens à l’antenne quand j’aurai récupéré la totalité de mon esprit! (Hum... Si j'avais une sorte de liquide attracteur, comme pour les fourmis, ça me serait d'une aide précieuse... Quelqu'un a une astuce à me proposer?)

Salut à tout ceux que je n’ai pas nommé ou que je n’ai pu qu’entrevoir! À la revoyure!

8 commentaires:

Isabelle Lauzon a dit…

Bien contente de lire ton compte rendu du Boréal, mon cher! Et... merci pour tes compliments sur nos déguisements... héhé! (en passant, j'étais en elfe gothique et Gen, oui, en vampire - c'est pourquoi on nous a surnommées "les immortelles"). Vraiment, il faut que je participe encore à cette mascarade à l'avenir!

En espérant qu'au prochain Boréal, tu seras plus en forme! :)

Vincent a dit…

Félicitations pour ta victoire au concours d'écriture! :)

Gen a dit…

L'an prochain, je vais essayer d'avoir un vrai costume... même si mon accoutrement semble avoir suffit à méduser certaines personnes! lol! ;)

D'ailleurs, quand tu videras la carte-mémoire de ta caméra, n'oublie pas de m'envoyer les photos! lol! (mon chum est curieux : il me voit pas souvent arrangée de même! ;)

Ce fut vraiment le fun de se croiser. En espérant avoir plus de temps pour jaser prochainement :)

Philippe-Aubert Côté a dit…

À Isabelle: de rien :-) Et ah, je comprends pourquoi tu avais des oreilles pointues plutôt que des dents -- je pensais que c'était une variation sur le thème du vampire :-) En tout cas, c'était très efficace :-)

À Vincent: merci :-) Le pire, c'est que j'ai dû relire le texte le lendemain, dans un café de Place Laurier, pour me rappeler ce que j'avais écrit :-s

À Geneviève: un "vrai" costume? Mais c'était très bien réussi, pour moi c'était un vrai costume :-p Quand j'aurai reconnecté quelques neurones je t'envoie les photos, promis :-) Il faut préserver cela pour la postérité: nous aussi on ne te voit pas souvent avec des crocs :-)

Ariane_Gélinas a dit…

Moi aussi, j'ai bien aimé discuter avec toi ! (surtout quand Héloïse nous écoutais avec curiosité parler de cuir et de SM héhé). Et j'ai hâte de voir ce fameux costume ! (à la mascarade de l'an prochain, peut-être ;) ?)

En passant, félicitations pour le Concours d'écriture sur place (je ne me souviens plus si j’ai t’ai félicité pour ceci ?) et remets toi bien de ton choc traumatique "post-dépôt-doctoral" ! (tiens, pourquoi ne pas regarder des films de loups-garous de Paul Naschy ? ça pourrait te plaire, je pense)

Philippe-Aubert Côté a dit…

À Ariane: merci! Ça a vraiment été amusant de déconner un peu :-p Et je n'oublie pas de t'envoyer la photo du "haut" de ce costume -- malheureusement c'est la version sans cuir :-p

Je vais faire un tour à la bibliothèque tantôt, et ils ont quelques films de Naschy. Je pourrais en emprunter un ou deux, tiens :-) Ça devrait m'aider à m'en remettre...

Ariane_Gélinas a dit…

Super pour la photo du costume ! Et tu me donneras des nouvelles des films de Naschy ;)

Philippe-Aubert Côté a dit…

Je n'y manquerai pas :-)